Return to site

Road-trip à la découverte de la province du Yunnan

2017-12-03T20:43:48.891-08:

Après 18 heures de train couchette nous voilà arrivés à Kunming, la capitale de la province du Yunnan située au Sud de la Chine. Cette région grande comme la France, sera notre dernière étape de notre voyage à la découverte des rêves de l'empire du milieu.

Comme nous avons déjà vu beaucoup de villes en Chine (Pékin, Xi'an, Shanghai, etc), nous décidons de ne pas nous arrêter à Kunming et poursuivons notre long périple vers Dali qui se trouve à encore sept heures de train. Le plus dur avec le train n'est pas le confort qui est très acceptable mais la fumée de cigarette qui envahit les wagons. Et oui en Chine on fume encore de partout et c'est difficile à supporter lorsqu'on est non-fumeur et habitués aux standards européens.

Dali est une petite ville de 30 000 habitants, oui c'est petit pour la Chine ! Elle est située sur le bord du lac Erhai. La vieille ville est extrêmement bien conservée avec ses remparts, ses ruelles et ses portes médiévales. Lors de notre seconde journée, nous tentons une expédition autour du magnifique lac Erhai. Pour cela, nous avons loué un scooter électrique limité à 60 km/heures au compteur puisqu'il n'y avait rien d'autre de disponible. Nous visitons tous les petits villages avoisinants. Cai Cun, Xizhou, Zhoucheng, tous plus charmants les uns que les autres où un air de Chine millénaire se fait ressentir. Dans l’après-midi, nous pensons que nous avons le temps de faire le tour du lac, environ 120 kilomètres avant la tombée de la nuit. Mais ça c’était sans compter sur le fait que nous n’étions pas à 60km/h comme affiché au compteur mais à 30km/h et on peut vous dire que les derniers kilomètres dans le noir, avec comme seule lumière pour nous éclairer le flash de notre téléphone, ont été longs.

Au Yunnan contrairement au reste de la Chine nous avons la chance d'avoir un magnifique ciel bleu et une luminosité parfaite, ça fait du bien au moral pour des niçois comme nous. Après notre découverte de la province de Dali, nous mettons le cap sur le petit village de Shaxi, situé plus au Nord. Pour nous y rendre nous devons prendre plusieurs bus et la route n'est pas toujours facile. Un de nos chauffeurs ressemble à Axel Foley dans le flic de Beverly Hills et nous fait revivre les courses-poursuites mythiques du cinéma hollywoodien. En arrivant dans ce tout petit village on se dit que ça en valait la peine, l'endroit est magnifique et a gardé son atmosphère d'ancien comptoir sur la route du thé. Nous profitons de ce cadre magique pour nous reposer et reprendre notre souffle. Mais pas trop quand même car la Chine révèle toujours son lot de surprise : coupure d'électricité pour toute la journée. Ce qui signifie, plus de lumière, d'Internet et surtout d'eau chaude.

On décide alors de reprendre la route en direction de Lijiang. Située encore plus au Nord, à quelques 2400 mètres d'altitude et au pied de la montagne du Dragon de Jade qui culmine à plus de 5596 mètres. La vieille ville de Lijiang est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO et attire donc une foule de touristes qui souhaitent admirer cet endroit où les veilles bâtisses en bois bordent les magnifiques ruelles aux petits canaux où ruisselle l'eau de source. La région est majoritairement habitée par la minorité Naxi qui est célèbre pour son système matriarcale où le rôle des femmes était plus important que celui des hommes. Océane se voit bien s'installer ici, mais faut pas rêver ça a changé depuis et le combat pour l'égalité femme-homme a été mené par des hommes courageux. Nous découvrons également les alentours de Lijiang et notamment le petit village de Baisha où nous faisons la rencontre du Dr Hô et son fils Shulong. Ces derniers sont mondialement connus pour leur pratique de la médecine traditionnelle chinoise. Ils nous partagent leurs rêves et leur magnifique histoire de vie avant de nous inviter à assister à l'un de leur cours à l'école de médecine de Lijiang. C'est donc par le hasard d'une rencontre que nous passons l'après-midi dans une classe entourée d'une cinquantaine d'étudiants chinois à découvrir les enseignements de la médecine traditionnelle chinoise, un moment magique ! Et d'autant plus drôle qu'il semblerait que nous soyons les premiers blancs à franchir le seuil de la porte de l'école ce qui attise la curiosité de tous les étudiants. Oui oui on a eu notre heure de gloire, photos, selfies, vidéos et en prime on a du donner notre numéro wechat à tous les étudiants qui le voulaient !

Après ces belles émotions, nous mettons le cap sur le petit village de Qiaotou, point de départ d'un trek de deux jours dans les fameuses gorges du saut du Tigre. Ces gorges traversées par le fleuve Yangzi sont les plus belles et les plus profondes du pays et entourées de sommets qui culminent à plus de 5000 mètres. Nous parcourons le sentier du haut des gorges qui n'est pas de tout repos avant de passer notre première nuit dans une auberge de l'un des petits villages qui se situent sur la route. Au petit matin, nous profitons d'un magnifique lever de soleil sur les montagnes et continuons notre route en direction de la rivière. Après avoir croisé les troupeaux de bergers et survécus aux petits sentiers au dessus du vide, nous arrivons finalement au célèbre point où selon la légende un tigre aurait sauté au dessus des flots déchaînés de la rivière pour échapper à un chasseur, le spectacle est magnifique. Nous sommes fatigués mais il nous faut encore remonter les gorges. Un raccourci existe, il s'agit d'une d'échelle de plus de 40 mètres. Sans hésiter alors que les touristes chinois se ravisent Océane se lance à l'ascension de celle-ci. Je la suis pour ne pas perdre trop de temps. Pendant les presque 10 minutes que dure la montée nous nous demandons ce que nous faisons là. Le vide est abyssal et la grimpette difficile, nous n'avons aucune corde pour nous assurer et toutes erreurs peuvent nous être fatales. Nos jambes et nos bras tremblent et nous manquons de rester bloqué au milieu du chemin. Mais nous arrivons finalement sain et sauf en haut où nous terminons le sentier pour rejoindre la route et prendre un petit bus pour notre étape suivante, aux confins du Nord du Yunnan, à la frontière avec la province du Tibet.

Nous voici donc dans la petite ville de Shangri-la située à plus de 3100 mètres d'altitude, il s'agit de la capitale de la préfecture autonome tibétaine de Diqin. Ici presque la moitié de la population est d'origine tibétaine et la ville possède le plus grand monastère tibétain du Sud de la Chine, le monastère Songzanlin, une vraie merveille ! À part cela, la ville de Shangri-la n'a pas grand chose d'intéressant même si sa vieille ville en bois est très agréable et qu'on peut y déguster de très bonnes fondues de Yak. Enfin ça c'était avant de regarder la photo de ce super moment et de se rendre compte qu'un énorme panneau écrit en anglais stipule que le restaurant où nous nous trouvions avait obtenu la notation C, la plus mauvaise au contrôle de salubrité. Et en y regardant de plus près aucun des restaurant de la ville n'est noté A, sauf une célèbre chaîne de fast-food américaine…

Après deux jours à Shangri-la, nous expérimentons pour la première fois les bus couchettes chinois pour retourner dans la capitale du Yunnan à Kunming. Un périple de plus de 12 heures qui se passe plutôt bien malgré la promiscuité de l'endroit. De là, nous reprenons un train pour nous rendre à Jianshui, une ville au Sud de la province. Nous passons seulement une journée dans cette petite ville, la plus belle du Sud du Yunnan. Nous rechargeons les batteries et visitons le centre historique qui est vraiment très sympa. Le lendemain nous reprenons un petit bus en direction de la dernière étape de notre périple au Yunnan dans les rizières de Yuanyang.

Cette province se situe en altitude au milieu des collines où vit la minorité Hani qui a sculpté des années durant de somptueuses terrasses afin de pouvoir cultiver le riz. Nous posons nos affaires dans la petite ville de Xinjie et prenons la route en direction de Pugao où nous trouvons une petite auberge familiale. Le lendemain matin nous entamons ce qui sera l'une des plus belles journées de notre voyage. Nous observons le lever de soleil sur les rizières puis commençons une randonnée d'une vingtaine de kilomètres entre rizières et petits villages Hani. Arrivés au bout des sentiers balisés nous avons l'idée de continuer notre marche jusqu'à Xinjie. C'était un peu présomptueux de notre part, la végétation se fait de plus en plus sauvage et nous nous perdons au milieu des rizières. Il nous faudra une bonne demi-heure et un peu d'escalade pour retrouver notre chemin et parcourir les derniers kilomètres qui nous séparent de Xinjie sur la route principale.

Il est déjà l'heure de quitter le Yunnan et la Chine par la même occasion. Nous prenons un dernier mini-bus de quatre heures en direction de Hekou, la ville frontière avec Lao-Cai au Nord du Vietnam. C'est des images pleins la tête et avec de fantastiques souvenirs que nous quittons cette province chinoise qui restera pour nous la plus belle de toutes.